L'insolite de l'art chrétien : églises de Champagne-Ardenne

L'insolite de l'art chrétien : églises de Champagne-Ardenne

Une copie du Trésor de la cathédrale de MOULINS localisée dans le sud des Ardennes

Le Trésor de la cathédrale de MOULINS

 

La cathédrale de Moulins dans l'Allier est célèbre pour son triptyque de la Vierge en Gloire. Il a été réalisé en 1502 par un auteur mal identifié habituellement désigné le "Maître de Moulins".

 

Hey_Moulins_Triptych

 

le triptyque ouvert de la cathédrale (photo web)

 

Ce trésor abrité dans la sacristie du Chapitre a des commanditaires qui sont, eux, bien connus : il s'agit du duc Pierre II et de son épouse Anne de France.

Le tableau principal, au centre, représente la Vierge de l'Immaculée Conception en Gloire. Marie est assise sur son trône et porte l'Enfant Jésus sur ses genoux. Des anges l'entourent tandis, qu'en arrière plan, le soleil souligne son caractère divin. Les pieds de la Vierge reposent sur un croissant de lune. Soleil et lune sont des symboles classiques dans la représentation mariale maintes fois rappelés dans les pages de ce blog. (référence à l'Apocalypse de saint Jean).

Sur les deux panneaux latéraux figurent les donateurs agenouillés accompagnés de leur saint patron ; saint Pierre et sainte Anne, debout derrière.

 

∼∼∼

 

Les deux panneaux en forme de volets mobiles comportent sur leur face arrière une scène de l'Annonciation qui va retenir particulièrement notre attention.

 

 

jean-hey-triptyque-de-moulins-ferme-1500-01 (1)

 

Revers du triptyque (volets fermés) : l'Annonciation (photo web)

 

Suivons André GUY dans les pages 10 à 12 de son fascicule "Le triptyque du Maître de Moulins et le Trésor de la Cathédrale" - 1950 - Les Imprimeries Réunies de Moulins - 16 pages :

«...Lorsque les volets du triptyque sont fermés, nous voyons sur les revers une grisaille -invention française remontant à Charles V - consacrée à l'Annonciation.

  • A gauche, la Vierge à genoux, sous une arcature, en plein cintre, trilobée, (sur laquelle on aperçoit des "ceintures d'Espérance" ) : devant elle, un pupitre portant un livre. C'est dans l'angle de ce pupitre, que le Docteur Maurice H. Goldblatt avait lu (?) naguère, la signature J. HAY : Jean clou-HAY : cryptogramme pour Jean Clouet !
  • A droite, l'archange Gabriel, lui montre le ciel de la main droite : lui adressant ces mots inscrits sur un phylactère : "Ave gratia plena domi(nu)s tecum", formule de la salutation angélique.

 La Vierge, étonnée, tient les mains ouvertes : deux anges derrière elle, et trois autres derrière l'archange, assistent à cette scène

( les dimensions du triptyque : hauteur : 1m, 57 ; longueur : 2m, 83 ; largeur des volets : 0m, 63).

 

Cette œuvre est bien française. On l'a datée longtemps de 1498, mais M. Dupieux a montré que notre triptyque ne date que de 1502. Il a prouvé également qu'il fut peint à Moulins et qu'à cette époque «Jean le Peintre» travaillait pour le compte d'Anne de France.

Ce Jean le Peintre, appelé encore «Jean le Verrier» doit-il être identifié avec Jean Prévost, Jean Perréal, ou Jean Richier d'Orléans ? M. Dupieux opine pour le premier, estimant que «par le diaphane des robes angéliques, par la lumière irisée qui transperce de toutes parts le panneau central», notre triptyque reste isolé dans la peinture française : seul un verrier a pu atteindre une telle transparence de tons...»

 

La copie ardennaise

Une copie des deux volets de l'Annonciation existe dans les Ardennes sous forme de tableaux.

Leurs  dimensions sont voisines de celles du célèbre triptyque.

Ces tableaux sont conservés chacun dans une église différente.

 

Église Notre-Dame d'Ardeuil

(commune d'Ardeuil-et-Montfauxelles)

 Le premier représentant l'ange Gabriel agenouillé (volet de droite du triptyque) est conservé dans l'église Notre-Dame d'Ardeuil

 

Ardeuil

 

La toile peinte à l'huile est encadrée dans un support en bois doré. Ses dimensions sont : hauteur 165 cm ; largeur : 72 cm.

L'œuvre, comme celle de Moulins, n'est pas signée.

 

L'ancienne église gothique Notre-Dame datait du XVIe siècle. Elle abritait les gisants de François-Louis, comte de MOY, et de son épouse Anne-Françoise D'ALÈGRE, tous deux décédés en 1767.

L'édifice fortement endommagé pendant la Guerre 1914/18 a été remplacé en 1926 par l'église actuelle

 

Ardeuil église

 

Pour des raisons de sécurité le tableau a été désormais mis à l'abri et n'est donc pas visible dans l'église.

 

 

Église Saint-Médard de Mont-Saint-Remy

Le second tableau représentant la Vierge est conservé dans l'église Saint-Médard de Mont-Saint-Remy (copie du volet de gauche du triptyque)

 

Mont-Saint-Remy tableau

 

La peinture en grisaille (huile sur toile) mesure : hauteur : 164 cm : largeur : 71 cm. Elle n'est pas signée.

 

L'église primitive datait également du XVIe siècle et avait été refaite 150 ans plus tard (bénédiction de 1713).

L'édifice actuel, construit sur les plans de l'architecte sedanais Couty, date de 1877 (l'inauguration a eu lieu le 23/12/1879).

 

Mont-Saint-Remy église

 

 

 

 

Quelle serait l'identité de ou des auteurs de ces œuvres frappantes de ressemblance ? Le mystère demeure! 

 

©jeanluccollignon

 

 

 



08/05/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres