Jean-Luc Collignon

Jean-Luc Collignon

Son : ainsi sont les fonts

Ainsi sont les fonts de Son

Les fonts baptismaux de l'église Saint-Jean-Baptiste de SON

 

         Les fonts baptismaux de l'église Saint-Jean-Baptiste de SON sont classés au titre d'objet des M. H. depuis le 10 mai 1933 ; ils sont propriété de la commune.

            Situés dans la chapelle sud de l'église, ils constituent, par leur thème iconographique, une des plus remarquables représentations de l'art roman en Rethélois. Ils sont datés du XIIe siècle.

            Ils se composent d'une cuve quadrangulaire en pierre bleue de Meuse (dimensions 81,5 x 84 cm) qui repose sur un pied cylindrique unique, lui-même posé sur un socle quadrangulaire délimité dans sa partie supérieure par un tore à la base du fût et par un second, aplati et décoré de quatre feuilles d'angle nervées et collées qui en épousent la forme courbée.

 

 2014- Rethélois 1 001 Son.JPG

 

            La texture du calcaire de la cuve est hétérogène, elle laisse apparaître de nombreux cristaux de calcite qui signe une origine géologique du dévonien ardennais. La pierre revêt une teinte gris clair fort différente de la patine noire des calcaires tournaisiens de Belgique.

Plusieurs cassures endommagent la cuve et le socle; la pierre comporte de nombreuses irrégularités où a pu judicieusement s'intégrer le décor sculpté.

            L'évidement circulaire destiné à recueillir les eaux du baptême mesure 59 cm de diamètre dans sa partie supérieure et 25 cm de profondeur en son centre. La hauteur totale des fonts depuis le sol est de 98 cm. Sur le dessus de la cuve, les écoinçons sont ornés de gros fleurons de lys comme on peut en voir sur les cuves de Chaumont et de La Hardoye.

            Le décor sculpté est d'un grand intérêt.

            Deux faces reproduisent des disques de rinceaux gonflés, au centre desquels s'épanouissent des feuilles opposées à trois ou quatre limbes et une grappe de raisins ; de part et d'autre, une tige  s'échappe et s'enroule en demi-cercle enserrant une palmette et une grappe. Au centre, une sorte de feuille trifoliée sépare le décor.

On remarque que le motif végétal, qui a inspiré le sculpteur roman, est loin d'une copie naturaliste du sujet. A cette époque moyenâgeuse, le souci de l'exactitude n'est pas de mise, l'important est de traduire, sur la pierre, avec le ciseau, le symbole eucharistique que représente la vigne dans la Bible. Le contenu spirituel des motifs, riche de toute la tradition chrétienne a seul guidé l'inspiration du sculpteur.

            Cette remarque vaut pour les deux autres faces.

 

2014- Rethélois 1 006.JPG

 

 

2014- Rethélois 1 008.JPG

 

             Sur l'une s'alignent cinq arcs en plein cintre, soutenus par six colonnettes dotées de chapiteaux nus. Ici le message renvoie aux paroles que prononce le prêtre lors de la cérémonie du baptême, lorsqu'il impose les mains et demande : « Ouvrez-lui, Seigneur, la porte de votre amour... entrez dans la maison de Dieu... »

C'est pour figurer cette porte céleste,  que l'âme va franchir, qu'apparaissent arcs et colonnettes (ou simplement arcatures comme à Brienne-sur-Aisne ou à Alland'huy).

 

 

2014- Rethélois 1 005.JPG

 

L'autre face, la dernière, s'anime d'une scène animalière curieuse.

Un quadrupède (loup ou renard ?) poursuit un lapin (peut-être un lièvre) qui s'enfuit. Les animaux sont représentés de profil gauche, leurs pattes parallèles sont obliques dans un mouvement vers l'avant.

A leur droite une rosette étale ses nombreux pétales en signe de symbole solaire.

C'est bien une scène de chasse qu'a voulu représenter l'imagier roman, mais où le mal, figuré par le quadrupède au large museau, poursuit l'âme égarée, le pauvre petit lapin, qui tente de se réfugier en l'Église qui lui ouvre ses portes sur une autre face du décor.  

 

 2014- Rethélois 1 003.JPG

 

 

            Les fonts baptismaux de SON montrent bien que les tailleurs de pierre du Moyen-Age avaient pour mission de transmettre un message religieux, dont la lecture aujourd'hui reste parfois énigmatique.

J.L. C. 

Bibliographie : voir article Quelques cuves baptismales romanes des Ardennes

 



23/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres